• Solstice d'hiver - Yule (le "Noël" d'avant la christianisation)

    Yule est une fête d'hiver, plus exactement elle correspond au solstice d'hiver - entre le 20 et le 23 décembre -, elle a été associée aux fêtes de Noël dans les pays nordiques depuis la christianisation des peuples germains et scandinaves. Elle est le symbole du retour du soleil et de la lumière après la nuit la plus longue de l'année, le fameux solstice d'hiver, les journées vont donc à nouveau s'allonger. A cette occasion, le soir de Yule, il est de coutume d'allumer des bougies, des chandelles, voir de grands feux de joie jusqu'à l'aube pour faire fuir l'obscurité et revenir la lumière. La bûche de Yule en est notre dernier vestige, la tradition veut que l'on fasse brûler cette bûche pendant douze heures, préalablement décorée et arrosée d'huile, dans notre cheminée. Il est dit qu'elle portera chance au cours de l'année à venir. C'est d'ailleurs de cette bûche que découle l'habituelle "bûche glacée de Noël" présente au dessert dans la majorité des foyers. On retrouve aujourd'hui à Noël les couronnes de gui, une idée reprise par le christianisme. Il existait la couronne horizontale, d'origine scandinave ou germanique, qui portait 4 bougies. Chaque dimanche il était coutume d'allumer une nouvelle bougie - rouge le plus souvent -, ce qui symbolisait la renaissance de la lumière. D'autres allumaient également des bougies à minuit le soir du solstice pour symboliser la renaissance du dieu et de la lumière au cœur de l'obscurité. Une grande bougie pilier rouge décorée de houx et autres plantes au feuillage persistant était une coutume très répandue à travers la grande Bretagne, l'Irlande et la Scandinavie. Des cadeaux étaient offerts pour perpétuer la survivance de la communauté. On partageait de la nourriture - ainsi que le bétail - avec ses voisins, ses proches, pour avoir la certitude que chacun survivra aux durs mois à venir.

    Dans la mythologie nordique, Yule est le moment de l'année où Heimdall (de son trône situé au pôle Nord) accompagné des Æesirs revient visiter ses enfants, les descendants de Jarl. Ils visitent ainsi chaque foyer pour récompenser ceux qui ont bien agi durant l'année, et laissent un présent dans leur chaussette. Ceux ayant mal agi voyaient à l'aube leur chaussette emplie de cendres. Yule est aussi une fête où les gens de leur côté, et les dieux du leur, se rencontrent pour partager un repas, raconter des histoires, festoyer et chanter. 

    Solstice d'hiver - Yule (le "Noël" d'avant la christianisation)

    La fête s'observe en commémorant la mort du Roi de houx - maître de l'année du solstice d'été au solstice d'hiver - qui meurt tué (la tête coupée) par son successeur le Roi de chêne - maître de l'année du solstice d'hiver au solstice d'été -, tous deux des dieux-arbres. C'est le symbole de la lumière qui prend le pas sur l'obscurité.

    Solstice d'hiver - Yule (le "Noël" d'avant la christianisation)

    L'un va céder sa place à l'autre lorsque ses forces s'épuisent, afin de prendre le « relais » sur le règne de la forêt. Ils semblent être opposés mais sont en fait complémentaires, ce qui va avec le cycle de la vie et des saisons, la roue du temps.

    Solstice d'hiver - Yule (le "Noël" d'avant la christianisation)

    Solstice d'hiver - Yule (le "Noël" d'avant la christianisation)

     Les symboles de Noël sont inspirés de cette fête (sapins, gui, houx, bonhomme en pain d'épice, et cadeaux…). 

     

    « Le "Petit Peuple"Quel est le cadeau parfait pour un enfant ? »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 06:59

    Alors, autant j'aime beaucoup cette idée de dieux arbres, avec le roi houx et le roi chêne, qui se passent le relais au fur et à mesure de l'avancée des saisons, autant j'ai du mal à les situer à ces périodes de solstices. D'un côté il est vrai que ces occasions de nuit la plus longue ou nuit la plus courte sont un symbole important des changements en cours, mais d'un autre, voir débarquer le roi houx en début d'été, ça me fait bizarre. Il y a là pour moi comme un non sens. Idem pour l'arrivée du roi chêne au tout début de l'hiver.

    En fait, c'est vraiment une remise à plat de notre approche du temps qui s'écoule et du cycle des saisons, une sorte de mise en perspective - une façon d'anticiper les choses, j'ai envie de dire - à chaque fois, et non de ce qui est vu à ces moments là dans ce qui nous entoure, dans la végétation. C'est voir plus en interne et pas juste ce qui nous saute aux yeux. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :